Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for décembre 2013

R-E-V-O-L-U-T-I-O-N

C’est la révolution. Hier soir, nous avons accroché les clés de la maison sur notre trousseau. Hier soir, pour la première fois, nous avons mis une clé dans la porte, nous l’avons tournée, et avons laissé la maison fermée – complètement fermée.

Toutes les menuiseries sont posées : en 1 journée et demi, les artisans avaient fait le travail. OK, je me suis fait chambrer pendant 2 jours : pour la première fois depuis des années, ils étaient en avance, et leur client ne les appelait pas toutes les semaines pour savoir ou en étaient les menuiseries… Tout était prêt depuis mi-Septembre, sauf la maison ;-). Bref : ils sont venus et ont pu tout poser avant la trêve hivernale. Et en plus, ça s’est bien passé : pas de mauvaise surprise (du style : « oups, la fenêtre ne rentre pas ») ; tout était suffisamment d’aplomb pour une pose confort, sauf pour la porte d’entrée dont le dormant a goûté au rabot à bois, dont la prise a fondu d’ailleurs, mais ça, c’est une autre histoire. Il fallait bien un peu de sel dans ce plat !

Alors oui, c’est la révolution : pour la première fois, il y a un « dehors » et un « dedans ». Nous pouvons choisir de ne pas aérer la maison si nous voulons… Pour la première fois, il n’y a plus une seule bâche sur la maison. Pour la première fois, nous voyons chaque façade entièrement. Nous voyons aussi la maison dans son ensemble, sans les bâches. Pour la première fois depuis un bout de temps, la lumière naturelle entre dans la maison. Nous allons pouvoir travailler à l’intérieur, à l’abri des intempéries. Pour la première fois, je vais pouvoir organiser le travail sans tenir compte du temps qu’il fait dehors…

Je crois que je suis encore plus ému que quand la charpente a été montée… Ça ressemble encore plus à une maison ! Le Père Noël est passé un peu avant l’heure, en Puisaye.

Il aura fallu 19 mois entre le premier coup de pelleteuse et la maison hors d’eau & hors d’air. Que de chemin parcouru ! L’an dernier, à la même époque, il avait neigé dans la maison… C’est assez incroyable, tout ça. Du coup, je n’ai même pas encore pris de photos : aujourd’hui peut-être !

Read Full Post »

DSC_4083.resizedQuelle émotion… Et pourtant ce n’est pas grand-chose : juste une étape parmi d’autres. Mais celle-ci a un goût spécial : une des 2 bâches de la façade sud est partie, définitivement. La baie vitrée est posée, et les rayons du soleil peuvent entrer dans la maison… Incroyable ! Il y a des jours comme ça, après des semaines de travail, où d’un coup, des tiroirs se ferment, des étapes importantes sont franchies. Hier en était un.

Avant tout cela, nous avons terminé le bardage de la façade Sud : le temps magnifique de ces dernières semaines (même si ça picotait un peu le bout des doigts le matin) nous a permis de travailler dehors dans de superbes conditions. Les couchers de soleil étaient complètement incroyables… Cette lumière d’automne est magique sur le bardage : excellente nouvelle !

Coucher de soleil d'automne sur le bardage

Coucher de soleil d’automne sur le bardage

Nous avons fabriqué les dernières grilles anti-rongeurs, positionnées en tant que cache-moineaux entre les chevrons. Ce fut l’étape la moins agréable de tout le bardage : aller caler ces pièces entre les chevrons, sous la panne de débord de toit, ce fut sportif. Je n’ai pas trouvé de meilleure solution pour protéger l’aération en partie haute du bardage… Le choix des poutres en I pour le toit, puis le choix d’un débord de toit plus important, et enfin le choix d’ajouter une panne pour soutenir ces débords de toit, tout ceci a eu des conséquences sur les dernières étapes du bardage. Désagréable, un peu compliqué, mais pas impossible : maintenant c’est fait, le bardage respirera complètement de haut en bas, sans que les rongeurs ne puissent pénétrer dans cette lame d’air.

Les cache-moineaux, version anti-rongeurs, pour positionner entre les chevrons en partie haute du bardage

Les cache-moineaux, version anti-rongeurs, pour positionner entre les chevrons en partie haute du bardage

Le grillage anti-rongeurs vu du bout des chevrons, en position finale

Le grillage anti-rongeurs vu du bout des chevrons, en position finale

Et enfin tous les grillages anti-rongeurs positionnés entre les chevrons...

Et enfin tous les grillages anti-rongeurs positionnés entre les chevrons… Le bardage viendra s’appuyer contre la latte basse, fermant ainsi la lame d’air.

Clouer les dernières planches de bardage a été un plaisir… La façade terminée, il ne restait qu’à terminer les 2 coins (au Sud-Ouest et au Sud-Est) ; il y a eu plus de découpes à cause de la panne sablière, mais en une demi-journée ce fut chose faite…

Dernières planches de bardage à poser sur le coin Sud-Est

Dernières planches de bardage à poser sur le coin Sud-Est

Le bardage de la maison est donc maintenant terminé… ou presque : il restera l’appenti à fermer, et les tableaux des ouvertures à barder. Après avoir posé la gouttière, nous avons pu démonter définitivement l’échafaudage, et le rendre à son propriétaire après plus d’un an d’emprunt… Encore merci Jean-Claude !

Façade Sud terminée... on aperçoit la deuxième couche de peinture en cours d'application.

Façade Sud terminée… on aperçoit la deuxième couche de peinture en cours d’application.

Tout était prêt pour accueillir la baie vitrée… Il était temps, pour plusieurs raison : d’abord, pour ne pas qu’il neige dans la maison comme l’an dernier, et ensuite parce que l’entreprise locale chez qui nous avons commandé la baie vitrée dépose le bilan en fin d’année… Vu que ce lundi il ne gelait plus et que le temps était magnifique, nous avons décidé de passer la deuxième couche de peinture sur le bardage… En une demi-journée, à 3, ce fut chose faite ! Le bardage sera prêt à passer l’hiver dans les meilleures conditions.

Et là, à 14h00, la fourgonnette arrive ; les 2 poseurs se mettent au travail. Nous avons un débat sur la position de la baie dans le cadre : au milieu de l’épaisseur du mur ? A l’intérieur, affleurant le plaquage de finition ? Les poseurs préféraient la seconde solution, car des cache-joints en alu permettaient de faire une finition parfaite ; mais d’un autre côté, c’était beaucoup plus compliqué pour la jonction avec le frein-vapeur, et cela aurait impliqué que la baie soit fixée sur des demi-chevrons ajoutés plutôt que sur l’ossature elle-même. Finalement la baie a été posée en tunnel, à peu près au milieu de l’épaisseur du mur. Je regretterai peut-être quand le moment des finitions sera venu ;-).

La baie vitrée... Rouge pétant sur un bardage ocre jaune... Mais le coucher de soleil, magique, transforme tout.

La baie vitrée… Rouge pétant sur un bardage ocre jaune… Mais le coucher de soleil, magique, transforme tout.

Du coup j’ai appris comment on pose une baie vitrée : c’est plutôt minutieux, et très intéressant ! En quelques heures, le tour était joué : pour la première fois depuis des mois et des mois, la lumière du jour va pouvoir entrer dans la partie basse de la maison, la bâche protégeant cette ouverture venant de tomber définitivement… Moment magique !

DSC_4075.resized

Dernière étape pour la baie, à l’extérieur : coller le pare-pluie contre la baie, et poser le bardage sur le tableau… Mais on verra ça demain 😉 !

Read Full Post »

DSC_4003.resizedImaginez donc : nous voici à l’intérieur de la maison, à même le sol, sur les plaques d’OSB fraîchement posées ; il fait -5°C dehors, et il neige. Nous sommes assis devant le poêle à bois, et nous regardons la neige tomber, en savourant un thé qui a chauffé sur le poêle. Et bien dans quelques jours (d’ici la fin de l’année si tout va bien), ce ne sera plus un rêve mais la réalité : nous sommes dans la dernière ligne droite pour fermer complètement la maison !

Nous avons commencé le bardage de la façade sud la semaine dernière, et ça avance plutôt bien ! Techniquement, pas de nouvelle difficulté : juste l’inconfort de travailler sous les dessous de toit, entre les chevrons et la dernière panne qui soutient les débords de toit. Je suis devenu contorsionniste, et nous avons dû adapter les outils : vu que la visseuse ne passe pas dans ces petits espaces, j’ai dû créer une rallonge d’une cinquantaine de cm pour tenir les embouts et pouvoir atteindre les vis tout au fond… Vous imaginez que ça ne tourne pas très rond, un empilement de rallonges de visseuses ;-). Mais ça fait le job.

DSC_3610.resized

DSC_4002.resizedNous avons failli avoir un échafaudage qui nous aurait permis de couvrir toute la façade sud d’un coup, mais au montage nous nous sommes rendus compte que l’échafaudage était trop haut de 20cm, et ne passait donc pas sous les dessous de toit… En fait il aurait fallu des demi-échelles et des pieds rallongés, mais tout était stocké un peu loin et je ne voulais pas plus embêter notre mécène : merci quand même Jacky ! Du coup, nous avons remonté l’autre échafaudage, qui ne permet de couvrir qu’une moitié de la façade : tant pis, nous ferons la première moitié et déplacerons l’échafaudage pour le seconde !

Lundi matin, surprise : l’échafaudage est par terre… Il y a eu un gros coup de vent du Nord tôt le matin, et les bâches ont poussé l’échafaudage, qui n’était pas attaché… Grosse erreur. OK, le vent du nord est plutôt sympa ici ; il est rarement violent. OK, il y avait peu de prises d’air dans la maison (seulement la porte de l’appenti) : tout le reste était bâché. OK, l’échafaudage n’était vraiment haut : un peu plus de 3m. Mais le fait est là : ça a suffi pour faire tomber l’échafaudage… Et comme dirait le propriétaire de l’échafaudage : « Un échafaudage, c’est pas fait pour tomber ».  Bilan : les 2 plateaux sont tordus, mais le reste n’a pas souffert. Nous partons donc chez MacGyver (ou l’Agence Tout Risques, comme vous voulez : le genre d’endroit où vous arrivez avec un congélateur dans la voiture et vous repartez avec un camion-frigo) : avec un cric et un fend-bûches, en 10 minutes les plateaux étaient redressés… J’adore quand un plan se passe sans accroc. Encore une bonne leçon !

DSCN0108.resizedLa première moitié de la façade Sud est maintenant bardée… Nous venons de déplacer l’échafaudage pour faire la deuxième moitié. Dernière ligne droite avant le thé !

Read Full Post »