Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Plaquage’ Category

DSC_2740Quand nous sommes allés jeter les chutes de Fermacell à la déchetterie, je me suis bien rendu compte qu’une belle étape était franchie… Ça y est ! Toutes les cloisons sont posées, la phase Fermacell est terminée !

Pour poser les dernières cloisons (dans le cellier et la salle de bains), il fallait avoir tiré tous les PER et arrangé les gaines électriques… En cherchant à éviter autant que possible les croisements de tuyaux ou gaine… Avec une règle : je voulais que les PERs soient au raz du sol, bien à plat. Quand il y a croisement de gaine, le PER est en-dessous… Et quand un PER en croise un autre, alors… Je fais exception à la règle ;-). Tout cela donne un beau bazar, un peu mieux organisé maintenant dans les pièces en amont du cellier.

Les PER et gaines électriques sont plutôt organisées dans la salle de bains...

Les PER et gaines électriques sont plutôt organisées dans la salle de bains (à terminer)…

Et beaucoup moins dans le cellier...

Et beaucoup moins dans le cellier…

Un gros boulot d'arrangement est à prévoir !

Un gros boulot d’arrangement est à prévoir !

Nous avons terminé le Fermacell en posant les tours de fenêtres et de portes : ça nous a permis d’utiliser des chutes. Mais bien sûr, avant de poser les tours de fenêtres, il a fallu faire et poser les tablettes. Nous avons réussi à récupérer du chêne sec (merci encore André !) ; après un coup de dégauchisseuse et de raboteuse, un peu de découpe et de ponçage, les tablettes étaient prêtes à être posées… Nous les avons collées ; elles seront tenues par les bandes latérales de Fermacell quoiqu’il arrive.

Le tour de la fenêtre est posé ; on aperçoit la tablette en chêne

Le tour de la fenêtre est posé ; on aperçoit la tablette en chêne

Zoom sur le tour de fenêtre et la tablette

Zoom sur le tour de fenêtre et la tablette

Tour de la baie vitrée

Tour de la baie vitrée

J’ai pris une bonne suée en réalisant qu’avec l’épaisseur du Fermacell pour la partie haute du tour de porte (et de fenêtre), nous ne pourrions plus dégonder les portes… Heureusement ce n’est pas le cas ; le menuisier avait prévu le coup : nous en avions parlé mais j’avais complètement oublié… Ouf.

Maintenant que le Fermacell est posé, il reste… le rebouchage avec de l’enduit ! Sophie avait déjà bien avancé le haut (merci encore !), mais il reste beaucoup à faire dans le domaine… Nous utilisons de l’enduit de rebouchage Fermacell, qui sèche en 4 heures. Le truc est dur comme nos pierres ferrugineuses : autant dire qu’il vaut mieux en mettre pas assez que trop, sinon bonjour le ponçage… Un artisan me disait qu’en Allemagne, le Fermacell se posait avec cet enduit pour coller les plaques les unes aux autres, au lieu de notre colle… En tous cas, c’est costaud.

Clin d'oeil sur la cloison entre le cellier et la salle de bains

Clin d’oeil sur la cloison entre le cellier et la salle de bains

Dans l’ordre, il faut enlever le surplus de colle à la spatule (à faire au fur et à mesure, 24h après la pose, sinon c’est vraiment raide), gratter les trous de vis à la spatule, revisser les vis qui affleurent (les vis doivent être légèrement en retrait de la surface du Fermacell, disons 2 ou 3 mm, pour laisser suffisamment d’enduit recouvrir la tête de vis), poncer le reste de colle au niveau des liaisons de plaques, poser le ruban adhésif de protection sur les poutres et les huisseries, et enfin aspirer tout ça consciencieusement avant de reboucher les trous à l’enduit…

La cloison escalier - salle de bains préparée, prête au rebouchage.

La cloison escalier – salle de bains préparée, prête au rebouchage.

Nous allons passer quelques semaines sur cette étape, je pense… Mais la progression est visible : on voit une belle différence entre l’arrivée le matin et le départ du chantier le soir !

Au chapitre électricité, tous les boitiers sont maintenant posés au rez de chaussée, et les lignes sont arrangées proprement sauf dans le cellier (pièce qui accueille le tableau). Il reste un gros boulot pour organiser les lignes dans le cellier, d’autant plus qu’il faudra un ou 2 coffrages pour la chape… La dernière commande de matos a été passée (toujours chez elecproshop : ils sont… parfaits) ; j’attends la réception pour poser tout ça et commencer le raccordement des lignes au tableau ! Encore quelques jours de boulot et je pourrai demander un RDV au Consuel…

 

Read Full Post »

DSC_2417Je pensais pouvoir terminer le Fermacell avant la fin d’année, mais je crois qu’encore une fois je me suis planté sur mes prévisions… Mais comme dirait l’autre : « quand je me plante, je pousse », du coup j’apprends, j’apprends… Toutes les cloisons du rez-de chaussée sont maintenant matérialisées, et la presque totalité des lignes électriques sont tirées. Mon appareil photo de chantier ayant rendu l’âme après de nombreuses années de service (il a vécu pleinement sa deuxième vie, et malgré ses derniers mois de vie avec du gros scotch, il a été vaillant jusqu’au bout), il y aura moins de photos dans cet article…

Le doublage des murs extérieurs est maintenant terminé (ou presque : il reste un micro-bout) ; nous avons dû innover en plaçant des plaques de Fermacell horizontalement à 2 endroits… On verra comment ça se comporte avec le temps, mais je ne suis pas inquiet. Nous avons posé les ossatures de toutes les cloisons du rez de chaussée ; la dernière porte de la maison est maintenant posée ! Au passage, j’ai un commentaire sur l’ossature pour les portes : dans la théorie (en tous cas c’est ce que j’avais compris), le bricoleur avisé est censé faire des retours avec les rails au-dessus de la porte, afin d’épouser les montants (cf. photo). N’y voyez pas un requiem contre le mariage, mais c’est une belle c…nnerie : la surépaisseur empêche les plaques de doublage d’être alignées au-dessus de la porte. Nous avons dû meuler (/découper/décortiquer/arracher/zigouner) ces surépaisseurs à peu près sur toutes les portes… Quand je me plante, je pousse. 😉

"Retour" du rail pour tenir le montant au-dessus de la porte : une belle c...nnerie.

« Retour » du rail pour tenir le montant au-dessus de la porte : une belle c…nnerie.

Chapitre électricité : j’ai tiré les dernières lignes électriques (ou presque : il en reste encore 2 ou 3)… Toujours avec de la gaine blindée (cf. article), qui a d’ailleurs pris 20% d’augmentation en 1 an (!). Tout l’étage est maintenant raccordé au tableau (bah oui, pas de photo, mais ça viendra) ! Ça change vraiment la vie de ne plus avoir de rallonges qui trainent partout, d’avoir la lumière dans toutes les pièces… Dans quelques semaines ça sera le cas pour toute la maison !

Chapitre plomberie : avant de fermer les dernières cloisons, je voulais absolument tirer la distribution d’eau dans la maison ; j’avais en tête que le PER était raide comme tout (comme le socarex cf. article), et qu’il serait plus facile de le tirer avant que les plaques de Fermacell soient posées. En fait, le PER est beaucoup, beaucoup plus souple que le Socarex… Côté fournitures, notre « référence plombier » nous a conseillé de tout passer en 16, et de prendre comme marque du Rehau. Après de multiples recherches, je n’ai pas réussi à me fournir en Rehau à moins de 185€ TTC la couronne de 70m (le distributeur a l’exclusivité dans le département), et du coup j’ai laissé tomber. A ce prix là, ça doit être du PER écran plat avec home-cinéma intégré… D’après les forums, la deuxième marque qui revient tout le temps est Velta ; j’ai donc choisi du Velta. Nous avons tiré la première ligne d’eau hier matin… Dans un prochain article je posterai le plan hydraulique. Sacrée étape en tous cas de commencer à tirer l’eau !

Dernières cloisons du RDC

Dernières cloisons du RDC

Dernière porte juste avant sa pose...

Dernière porte juste avant sa pose…

Nous avons aussi commencé un gros rangement avant la trêve hivernale : la prochaine étape après la fin des cloisons, des PER et de l’électricité sera la dalle du rez-de-chaussée : il faudra avoir place nette !

Read Full Post »

DSC_7557.resizedCette étape a commencé début avril… déjà ! Nous avions mis ce chantier en sommeil avec l’arrivée de la grange, et jusqu’ici je n’avais pas encore pris le temps d’écrire à ce sujet : le plaquage de finition, et le cloisonnement.

Pour finir les murs extérieurs de la maison (à l’intérieur) et cacher le frein-vapeur, nous avons décidé de mettre du Fermacell. Ça se présente comme du placo : des grandes plaques à visser sur les tasseaux. Par rapport au placo, le fermacell présente plusieurs avantages : c’est beaucoup plus solide (on peut faire tourner une plaque de fermacell sur un des angles sans rien abîmer), plus massif (le bon côté est l’aspect « masse » thermique et phonique, l’inconvénient est le poids), les plaques sont collées entre elles (plus de bandes), le matériau est hydrofuge et ininflammable (M0 : c’est cool derrière le compteur et la GTL). Il y a d’autres aspects (matériau 100% naturel, à base de gypse, par exemple) que je n’ai pas vraiment creusé : le matériau fait l’unanimité chez tous ceux qui y ont goûté et avec qui j’ai pu en discuter. Au chapitre des inconvénients, il y a le prix, et le poids : 50kg la plaque de 2m60, ça détend…

J’ai choisi des plaques de 12,5mm, après une bonne hésitation (avec le 10mm, moins lourd) ; au final, je ne regrette pas, et pas seulement pour les séances d’haltérophilie gratos ;-). J’ai encore un souci avec le fait que ça sonne un peu creux, quand on tape sur une plaque posée… Il y a un côté « toc » qui, même s’il est bien moindre qu’avec du placo, me gêne encore. Je me dis que ça aurait été encore pire avec du 10mm…

Côté pratique, nous découpons les plaques avec une circulaire, en faisant un guide avec une règle alu maintenue avec des serre-joint à chaque fois que c’est nécessaire, notamment pour les jonctions entre plaques, où la découpe doit être nickel. Un coup d’aspi sur les tranches, puis un coup de colle en cartouche, et hop, nous positionnons la plaque et la vissons sur les tasseaux. Nous avons quand même une arme secrète : Bernard a bricolé un lève-plaque avec un cric hydraulique : nous avons ainsi tout le temps et tout le confort pour positionner les plaques… MacGyver était poyaudin, c’est certain. Les surplus de colle sont enlevés à la spatule le lendemain, et nous rebouchons ensuite les trous de vis et le joint entre les plaques (collées) avec de l’enduit de rebouchage. Il restera à passer l’enduit de finition, mais ça, c’est une autre histoire. Que dire d’autre ? Ah oui : la découpe fait beaucoup de poussière : à faire en extérieur, ou bien avec un aspirateur branché sur la circulaire ! Pour la pose des plaques, il y a plein de vidéos dispo sur Internet, et plusieurs techniques différentes… A essayer. Moi, j’aime bien le cric, mais c’est plus par fuite de l’effort inutile que par choix technique : et puis franchement, ça pèse un âne mort ce truc.

Pose du Fermacell sur le pignon, derrière la ferme apparente : du sport !

Pose du Fermacell sur le pignon, derrière la ferme apparente : du sport !

Nous nous sommes entraînés avec quelques plaques au rez-de-chaussée (notamment derrière le tableau électrique, cf. article), puis avons fait l’étage… Avec une mention particulière pour les pignons, pour lesquels il fallait glisser les plaques derrière les fermes apparentes… Au final, ça s’est bien passé : au deuxième pignon (sur deux) nous étions parfaitement au point ;-).

Les cloisons :

J’ai beaucoup hésité pour les cloisons… depuis le chanvribloc jusqu’au carreau de plâtre, en passant par du béton de chaux-chanvre banché, je crois que tout ou presque y est passé. J’ai fini par choisir le fermacell posé sur rails, même si encore une fois il y a ce côté « toc » auquel il va falloir que je m’habitue. Mais l’équation était difficile : trouver une technique qui supporte les variations de dimensions (tout ça est posé sur un plancher bois, qui va bouger), qui soit rapide à poser (ça fait déjà 2 ans qu’on a commencé…), robuste et pas hors de prix. Nous avons choisi ce compromis, principalement à cause de l’aspect résistance aux déformations : j’ai cette croyance que les matériaux rigides (type carreau de plâtre ou même chanvribloc) posés sur un plancher bois, ça fendra forcément à un moment donné. On verra à l’usage !

DSC_7559.resized

Nous avons donc posé la première porte intérieure, et c’est la porte de la salle de bains ! Côté technique, il existe de super vidéos sur internet : je vous laisse voir, c’est hyper clair. C’est d’ailleurs marrant cette transmission technique pratique (et souvent sérieuse) qui s’opère en vidéo à travers Internet… Merci les gars ! En une journée, les 2 premières portes étaient montées, et la cloison matérialisée !

Je suis bien conscient que tout cela n’est que le début… Il reste beaucoup de boulot pour le plaquage et les cloisons, sans même parler des finitions. Mais cette étape à l’avantage d’être hyper visible : avant, il n’y avait pas de cloison, et après, il y en a une, en on voit les pièces prendre forme !

Pour l’instant, à part pour le côté « toc », qui sera peut-être atténué par la laine de bois entre les plaques de fermacell dans les cloisons, je n’ai aucun regret pour le choix fermacell. Ca fait presque 4 mois qu’il est stocké dehors (sous bâches), et je n’ose imaginer l’état du placo dans les même conditions… il ne reste qu’à rester vigilant pour éviter l’hernie discale… 😉

Prochaine étape pour la cloison du bas : le mur de brique de terre crue !

Read Full Post »