Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘chaises’

Alors que certains se battent pour des sièges, nous avons commencé la pose des chaises (OK, c’est pas terrible comme intro, mais je n’ai pas mieux ce matin en période d’élections législatives ;-)). Mais qu’est-ce qu’une chaise dans le BTP ? Une chaise sert à implanter de manière précise les bâtiments sur le terrain. L’idée est la suivante : pendant toutes les phases de la construction (passage des réseaux, fondations, soubassement, cloisons, etc.) il nous faut des repères pour que tout soit bien au bon endroit, aux bonnes cotes, avec des vrais angles droits là où il faut. Donc pendant quelques semaines, voire plus dans notre cas, il faut des repères qui ne bougent pas, qui ne disparaissent pas et qui ne gênent pas les travaux. On pourrait tracer au sol mais en quelques heures de manœuvre de pelleteuse, tout aurait disparu. Et comment tracer au sol quand il n’y a plus de sol (dans les fouilles des fondations par exemple) ? La solution s’appelle la chaise. Cela consiste à construire des supports à l’extérieur de la plate-forme, supports qui vont servir à tendre des ficelles qui vont matérialiser les murs (et les fondations, etc.). Il suffira ensuite de projeter ces ficelles sur le sol avec un fil à plomb (de carreleur, celui qui a un bout pointu), et le tour est joué.

Ficelle tendue entre 2 chaises ; mur nord de la maison

La pose des chaises est délicate et plutôt fastidieuse. Nous avons choisi de les fabriquer avec des demi-chevrons et des planches vissées en travers. Il est impératif que toutes les chaises soient au même niveau, afin que les ficelles se croisent proprement et que l’on puisse faire des projections au sol précises. Un niveau laser est le bienvenu pour aligner toutes les chaises ! Il faut commencer par la chaise la plus haute car elle donnera le niveau pour toutes les autres chaises ; j’ai compris ce détail trop tard et nous avons du rehausser toutes les chaises à l’arrache… Nos chaises sont un exemple de sculpture contemporaine assez recherchée qui feraient rigoler plus d’un maçon, mais je crois qu’elles vont faire le boulot ;-). Elles sont plutôt hautes (1,80m) à cause de notre talus, mais avec le recul c’est plutôt bien pour circuler sur la plate-forme avec les ficelles tendues ; cela évite le parcours du combattant à enjamber les ficelles toutes les 10 secondes. En parlant de ficelle, nous avions commencé par de la ficelle à paille, mais nous avons dû renoncer car elles sont trop épaisses et elles ont des noeuds, favorisant ainsi une grande prise au vent qui génère d’importantes imprécisions. Nous avons opté pour de la ficelle à rôti, 4 fois moins chère que le cordeau de maçon.

Chaise rehaussée « à la roots », ou bien sculpture contemporaine inspirée, au choix

Pour faire les angles droits, toujours la même technique : la règle du 3-4-5. Nous avons commencé par le bord sud de la maison, qui donne l’alignement avec le terrain. Puis le mur ouest qui donnera une perpendiculaire ; il a fallu projeter au sol pour être plus précis dans les perpendiculaires (pas facile de prendre des mesures précises sur une ficelle tendue à 1m80 de haut). Une fois tous les ajustements faits, nous avons planté des clous sur les planches des chaises pour avoir une repère pour chaque ficelle. Le tour est joué !

(Presque) toutes les chaises sont posées

Mine de rien ça prend pas mal de temps ; nous avons encore 2 chaises à poser pour la délimitation de la grange, mais elles attendront. Il faut vraiment que tout ça soit précis, car cela va conditionner tout le reste : évacuations, fondations, murs, etc. Pas vraiment le droit à l’erreur, même si « on n’est pas au mil’ (millimètre) » comme dirait un pote bûcheron.

Nous avons aussi pu tailler la tête de diamant sur la plate-forme… En 2 mots, il y aura une cour entre la grange et la maison, et il faut évacuer l’eau de pluie qui tombera dans cette cour. Etant donné qu’on ne peut pas l’évacuer vers le sud (en direction de la maison) ni vers l’est (en direction de la grange), ni à l’est (arrivée du chemin d’accès) ni même au nord (talus), il faut l’évacuer par dessous… La tête de diamant consiste à prendre les diagonales de la cour, à creuser un avaloir au centre et à tailler les 4 faces en pente en direction de l’avaloir. L’eau se déversant dans l’avaloir est ensuite évacuée par un tuyau souterrain de 200mm en CR8 pour que les camions puissent passer dessus. En attendant que le tuyau d’évacuation soit passé, nous avons fait une tranchée (que nous apercevons sur la photo panorama) afin que les eaux de pluie ne restent pas au fond de la tête de diamant…

En fin de semaine dernière , nous avons décalé la pose de la charpente d’un mois, car nous les fondations ne seront pas prêtes mi-juin. Ça nous donne un peu de répit !

Pour en savoir plus sur les chaises : 

http://www.forum-maconnerie.com//forum_maconnerie_fabriquer_une_chaise.html

Read Full Post »