Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘manchettes d’étanchéité’

DSC_5709.resizedLe mois de mars est déjà derrière nous… Magnifique mois de mars ! Malgré les appels incessants à travailler dehors (que nous avons d’ailleurs écoutés 😉 ), nous avons réussi à terminer la pose du frein-vapeur ! Après la lecture du bouquin d’Emmanuel Carcano (cf. bibliographie), je m’attendais à ce que cette étape soit beaucoup plus compliquée, voire fastidieuse. Finalement ça n’a pas été le cas !

La partie la plus délicate a été la pose du frein-vapeur sur les pignons à l’étage, derrière les fermes. Nous voulions garder la charpente complètement apparente à l’étage ; j’ai pendant un moment regretté cette coquetterie. Il y a en effet très peu de place entre les fermes et le mur ; j’ai d’ailleurs dû mettre des tasseaux plus petits (27×40 au lieu de 40×60) pour laisser assez de place pour glisser les plaques de fermacell. Les conséquences seront à la fois pour la pose du fermacell (moins de largeur de tasseaux pour les raccords) et aussi pour les prises électriques (boîtiers de 40mm d’épaisseur au lieu de 50mm) ; nous verrons ça en temps voulu ;-). Finalement, il s’agissait plus de peur que d’une réelle difficulté : au final ça s’est très bien passé ! Ça me rappelle d’ailleurs cette courte vidéo qui me fait encore dresser les poils des bras (to dare = oser). Le passage difficile était le l’intégration du frein vapeur autour des pannes intermédiaires : il y a très peu de place pour manœuvrer. La solution a été de préparer le frein vapeur au sol en ajoutant une pièce qui fait le tour de la panne et de la pré-découper. Il ne restait qu’à mettre la colle, poser le tout et visser les tasseaux. Évidemment, nous avons trouvé la bonne méthode qu’à la fin, lors de l’intégration de la dernière panne… Comme quoi rien ne replace l’expérience !

Passage délicat au niveau des pannes intermédiaires (ici au coin supérieur droit de la fenêtre)

Passage délicat au niveau des pannes intermédiaires (ici au coin supérieur droit de la fenêtre)

En tout, il n’aura fallu « que » 8 jours à 2 pour poser le frein vapeur sur toute la maison, en incluant les quelques passages de câble et d’évacuation d’air. La pose des manchettes d’étanchéité n’a d’ailleurs pas posé de problème : c’est très bien fait.

Manchette d'étanchéité pour gaine électrique

Manchette d’étanchéité pour gaine électrique

Manchette d'étanchéité pour le conduit d'extraction d'air (diam. 100mm)

Manchette d’étanchéité pour le conduit d’extraction d’air (diam. 100mm)

Je n’ai évidemment pas encore de réel recul sur cette approche de frein-vapeur, mais plusieurs choses m’ont titillé pendant cette étape de la construction… Je crois que ça a commencé par le mode d’emploi en allemand (tout le matos est allemand), et cet imprimé « X500 Effekt » sur chaque lé de frein vapeur. Vous savez ce que c’est, vous, le X500 effekt ? Ben moi non plus, mais l’effet que ça me fait est le suivant : j’ai l’impression que mes murs sont devenus de gigantesques panneaux publicitaires pour quelque chose dont je n’ai rien à faire. Que ce soit X500 Effekt ou bien L312 Effekt, franchement, comme dirait Chirac, « ça m’en touche une sans faire bouger l’autre ». Ensuite, les accessoires… Nous avons déjà parlé des manchettes, il reste la colle (Orcon) et les rouleaux de ruban adhésif. Pour la colle, elle vaut 2 fois plus cher qu’une colle classée A+ (le meilleur classement toxicité), et je n’a toujours pas compris son avantage. Le fabriquant annonce une colle « étanche à l’air », mais je serais curieux de savoir quelles colles en cartouche ne sont pas étanches à l’air… Du coup, une fois la première commande épuisée, je me suis rabattu sur du masti-colle de base (A+, quand même), qui a très bien fait le boulot. A noter que j’ai utilisé la colle à la fois pour faire les raccords avec les autres surfaces que le frein vapeur (poutres, menuiseries, OSB, etc.), mais j’ai aussi utilisé de la colle pour raccorder les lés entre eux… J’ai en effet une confiance toute relative en ces rubans adhésifs qui font la jonction entre les lés. Que deviendront-ils dans 20 ans ? Même si le matos est allemand et utilisé depuis bien longtemps outre-Rhin, j’ai encore ce doute : du coup, deux précautions valent mieux qu’une : la colle vient compléter le ruban adhésif. Ce qui nous amène au ruban adhésif. Alors là, c’est carrément hors de prix. Minimum une quinzaine d’Euros le rouleau (de 30m en général), et on en use pas mal, à la fois pour les jonctions entre lés, mais aussi pour les raccords aux huisseries ou pour réparer un éventuel trou dans le frein-vapeur. Il y a beaucoup de rubans adhésifs différents (on m’en a vendu 4 sortes, mais il y en a plus d’une douzaine disponibles, dans une seule marque…), et il m’a été difficile de savoir lequel utiliser pour quelle application. A la fin, je me retrouve avec presque une dizaine de rouleaux non utilisés… Je me rends compte avec le recul que je n’ai pas été super bien conseillé : en commandant les manchettes sur Internet (exactement 2 fois moins cher que chez le revendeur), j’ai reçu un dépliant détaillant les usages des différents rubans adhésifs (depuis j’ai aussi trouvé ça)… J’aurais aimé avoir ça il y a quelques mois. Je n’ai certainement pas été assez vigilant, c’est sûr ; mais il y a autre chose qui me titille, que j’ai encore du mal à formuler clairement, mais qui tourne autour de « est-ce que que tout cela est réellement nécessaire ? »…

Nous verrons bien à l’usage ; les premières années de vie dans la maison nous diront beaucoup sur la pertinence de ces choix ! Pour l’instant, cette étape est terminée, et cela nous ouvre les portes pour l’étape suivante : l’électricité et la pose du fermacell…

 

Read Full Post »