Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘poêle de masse avec bouilleur’

vig_usbVoici un bon gros morceau : ça fait 3 ans que les travaux ont commencé, 4 ans que j’ai commencé à cogiter concrètement les détails de la maison, et bien plus encore que ces sujets tournent dans ma tête 😉 … Le chauffage au bois est acquis depuis belle lurette ; la maison a été dessinée autour du poêle à bois. Reste à choisir le type de poêle, et le mode de production d’eau chaude sanitaire. D’habitude, quand je me pose une question technique, la solution vient d’elle-même, par une lecture, une rencontre, une discussion, une prise de conscience : ça s’est passé comme ça depuis 3 ans (bien plus en fait, quand je regarde en arrière), dans la douceur, l’évidence. Mais là, ça ne sort pas. Est-ce que la question est mal posée ? Est-ce qu’il ne s’agit pas de questions techniques, mais de questions plus larges ? Je ne sais pas, mais je décide de poser tout ça dans cet article : on verra ce qu’il en sort.

Tout d’abord, voici mon idéal : poêle de masse avec bouilleur pour l’eau chaude sanitaire et 2 petits radiateurs (1 dans la salle de bains et un dans le sas d’entrée). Voila pour l’hiver. L’été, eau chaude sanitaire solaire. Et en inter-saison, par temps couvert et quand le poêle n’est pas allumé, une résistance électrique d’appoint dans le ballon d’eau chaude. Puisque nous sommes dans l’idéal, idéalement, j’aimerais aussi pouvoir faire chauffer de l’eau ou cuire quelque chose sur le poêle. Ça, c’est fait.

Commençons peut-être par l’eau chaude sanitaire. Difficile d’avoir une idée précise de la consommation électrique d’un chauffe-eau à l’année : Enertech n’a pas encore finalisé son rapport ;-). A priori, un chauffe-eau électrique va consommer en gros 2650KWh/an (source : ADEME) ; ce chiffre est à peu près confirmé par les forums, où certains ont même mesuré directement la consommation électrique réelle de leur chauffe-eau. Évidemment, ça dépend de l’utilisation de l’eau chaude (bain vs douche, nombre de personnes, réglages du chauffe-eau, etc.), mais ça fait une base. A 0,1641€ TTC le KWh, ça fait 435 Euros à l’année (381€ en heures pleines EDF, 317€ en heures creuses, tarif officiel minoré, cf. article). Ce calcul mérite vraiment d’être affiné, vu que peu de données sont disponibles ; ça peut donner une base de réflexion, avec toutes les réserves nécessaires. Outre l’aspect financier, il y a évidemment (et en premier lieu ?) l’aspect énergétique pur : chauffer avec de l’électricité est pour moi un non-sens énergétique (cf. article).

Ballon solaire 200L, double circuit (source : Solaire Diffusion)

Ballon solaire 200L, double circuit (source : Solaire Diffusion)

Première option : le chauffe-eau solaire. La bible absolue dans le domaine est l’association Apper solaire : pour avoir fait un stage avec eux au Gabion, c’est du très sérieux, pragmatique, avec un grand retour d’expérience. Ils bossent avec Solaire Diffusion pour le matériel ; pour les avoir eu au tel cette semaine encore, ça a l’air aussi solide. Voilà pour la partie pub 😉 . Concrètement, dans nos contrées, on peut espérer une couverture de 60% de l’eau chaude sanitaire par le soleil (des simulations détaillées sont disponibles sur le site d’Apper) avec un système de base qui évitera la plupart des problèmes de mise au point et de surchauffe. Pour un kit du genre, il y en a en gros pour 1800€ TTC, hors installation & hors tuyaux solaires, avec un ballon de 300L. Pour rester un instant dans le chapitre financier, sachant qu’un ballon électrique équivalent coûte entre 400€ (truc de base, qui sort de l’eau à 75°C même avec le thermostat au mini, et qui du coup consomme 2 fois plus) et 650€ (de marque), le solaire a un surcoût de 1400€ qui sera amorti sur 6 ans en comptant l’électricité consommée par le circulateur ;-). Il y a des schémas hydrauliques disponibles chez Apper, et un schéma un peu plus détaillé chez Solaire Diffusion. Dans notre cas, j’avais prévu les tuyaux pour raccorder les panneaux : ils passent sous la maison, pour aller dans un regard devant la maison, plein sud. Le seul hic est que je viens de découvrir que ces tuyaux ne sont pas compatibles avec le solaire, qui demande au matériel de supporter une température élevée (>150°C) ; je me suis complètement planté en achetant les tuyaux, il y a 3 ans. Bref, il faut faire avec, et une des solutions est de mettre un échangeur à plaques dehors, pour ramener les calories via le circuit déjà en place. C’est pas beaucoup plus cher, mais ça fait beaucoup de boulot en plus, vu qu’il faut que je fasse un regard hors humidité et hors gel dehors. Le bon côté des choses est que je limiterai l’usage de glycol dans mon circuit, vu qu’il n’y en aura besoin que dans le circuit primaire des panneaux.

schemakitcesip&p-small

Schéma de principe pour un chauffe-eau solaire (source : Solaire Diffusion)

Tout ça, ça marche, et il y a un retour d’expérience suffisant, même si au premier abord ça fait un peu peur. Du côté des inconvénients, il y a la gestion des surchauffes : si le système est bien dimensionné, ça ne devrait pas arriver, mais vu que l’imprévisible est toujours présent, c’est à prendre en compte. Pour ma part, si je pars sur cette solution, les panneaux seront au sol, et il sera toujours possible de mettre des cannisses sur les panneaux aux heures chaudes de la journée par temps de canicule. En cas d’absence, eh ben pas besoin d’eau chaude : les panneaux seront couverts. Toujours du côté des inconvénients, il y a aussi la complexité : si un truc part en sucette, il faut pouvoir dépanner, ou au pire faire une manipulation pour corriger. Le système doit être le plus simple possible… Pour citer Pierre Amet d’Apper : « Un bon système solaire est un système que n’importe qui peut gérer ».

Et l’hiver, alors ? OK, si on couvre 60% des besoins avec le solaire, il en reste 40% (175€/an). C’est là que le poêle bouilleur intervient, et que j’ouvre un nouveau chapitre. Vu que nous allons chauffer au bois, et que la maison est censée est hyper isolée, nous pouvons utiliser une partie des calories du poêle pour chauffer notre eau. Le principe est simple : un serpentin rempli d’eau circule dans le poêle, et fait chauffer l’eau du chauffe-eau. D’un point de vue technique, le ballon est déjà là : il suffit de prendre un ballon double circuit (c’est celui qui apparait dans le schéma ci-dessus) : le circuit bas pour le solaire, et le circuit haut pour le poêle. Surcoût pour cette partie : zéro. Il reste à mettre une trivanne thermovar pour protéger le bouilleur contre la condensation, une soupape et un vase d’expansion, un circulateur et une petite régul, et le tour est joué. En fait, en prenant une régul solaire un peu plus grosse, il n’y aura besoin que d’une seul régul pour les 2 sytèmes. Pour cette approche, j’aime bien le blog de la famille créative, et les schémas et explications du site Bouilleurs de France. Côté matériel, pour tout ce qui n’existe pas chez Solaire-Diffusion, je m’oriente plutôt vers Eneove (ils ont tout !!) ou Solaire-bois (plus cher à priori). Et enfin pour le poêle, j’ai regardé de près ce que ce site propose ; ils distribuent une marque fabriquée en Allemagne, que l’on trouve en France mais 40% plus chère…

Je me pose la question du dimensionnement de tout le système : et si le bouilleur donnait trop de calories ? Une fois le ballon d’eau chaude à 80°C (il faut prévoir un mitigeur thermostatique en sortie pour éviter les brûlures), il faudra passer les calories dans autre chose : d’où l’idée des 2 radiateurs d’appoint dans la salle de bains (jamais trop chauffée) et le sas d’entrée (un peu coupé de la maison). Faire passer de l’eau à 80°C dans les radiateurs n’est pas forcément une bonne idée : il faudra donc aussi une trivanne thermostatique, qui se déclenchera uniquement quand le ballon sera chaud (priorité à l’eau chaude). Autre possibilité, déjà prévue dans la maison : alimenter le lave-linge et le lave-vaisselle en eau chaude directement. Ça permet de virer encore 2 résistances électriques de plus dans la maison. Et maintenant, si le bouilleur ne donnait pas assez de calories ? En fait, le problème viendrait plus d’un poêle surdimensionné qui donnerait trop de chaleur dans la maison, et que du coup nous n’allumerions que peu souvent. L’idée est d’éviter de faire des flambées dans le poêle pour chauffer le ballon d’eau chaude alors qu’il fait déjà 22°C dans la maison… Eh bien dans ce cas, pour l’eau chaude, la résistance d’appoint prendra le relai. Et pour le chauffage de la maison, un poêle surdimensionné serait bien embêtant : pas question de le faire tourner au ralenti, vu que c’est là que la combustion est mauvaise et que ça pollue sauvagement, tout en encrassant tout le système. Faire des flambées plus espacées ? Si le poêle est surdimensionné, ça voudra dire qu’il y aura de fortes variations de température dans la maison, selon qu’on fait une flambée ou pas. Pas super confortable.

C’est là qu’intervient le poêle de masse : je ne reviens pas sur les bases du système, vu qu’il y a déjà un article à ce sujet. Un des (nombreux) avantages du poêle de masse, c’est qu’il va diffuser lentement les calories après la flambée rigoureuse. Il n’y aura pas (ou moins, en tous cas) d’effet sinusoïde sur la température de la maison : elle sera lissée, beaucoup plus stable, et du coup l’ensemble sera plus confortable. Donc là, si je n’ai pas perdu la moitié des lecteurs dans les méandres de mon cerveau tout embrouillé par ces questions, la grosse question arrive : eh ben, mon gars, pourquoi tu ne mettrais pas un bouilleur dans le poêle de masse ? Sauf que le poêle de masse que je vise n’est pas du tout prévu pour ça. Il existe des poêles de masse avec bouilleur, souvent construits sur mesure, mais c’est carrément hors budget pour nous (> 10 000 Euros). Et en général ce sont des mastodontes dont nous n’avons pas besoin dans cette maison. Vu qu’un collègue internaute m’a récemment sollicité pour ajouter un bouilleur dans un Alsamasse, je me dis que ça mérite d’être creusé. J’appelle donc le constructeur avec toutes mes questions techniques. Marie me renvoie vite vers son père, qui a créé l’Alsamasse. Au début, Vincent n’était pas chaud du tout (« un poêle de masse, c’est pas fait pour accueillir un bouilleur », en gros), mais après quelques minutes (je voulais comprendre pourquoi), tout a changé. Quand j’ai expliqué que l’Alsamasse, même dans sa version de base, serait certainement surdimensionné pour notre maison, et que du coup je voulais récupérer des calories pour chauffer l’eau chaude, tout s’est ouvert. Techniquement, d’après lui, il faut que le bouilleur soit dans la partie haute du foyer : il est hors de question que le bouilleur soit dans le circuit de fumées (sous le foyer par exemple, qui était mon idée initiale) car cela refroidirait trop violemment les fumées et créerait un déséquilibre dans le poêle. Il m’a donné aussi une super idée : mettre un bouilleur amovible dans un réceptacle métallique. Cela permet à la fois de protéger le bouilleur des flammes directes, et aussi de pouvoir changer le bouilleur en cas de problème, sans avoir à démonter le poêle. J’adore. La conversation a bien duré, et nous avons pu échanger sur plein de points, tous plus intéressants les uns que les autres… Super rencontre téléphonique. En conclusion : si je fais un proto, ils m’aideront. Après avoir un peu planché sur le truc, il se trouve que le bouilleur sera haut dans le poêle (contrairement à ce que j’avais pensé initialement), et que ça tombe derrière le chauffe-eau, de l’autre côté de la cloison. Donc pas question d’avoir accès au bouilleur sans démonter le chauffe-eau. Il y a certainement d’autres solutions, ça ne me paraît pas insurmontable comme obstacle. Par contre, dans le délai imparti, c’est mission impossible.

Poêle de masse ou pas Poêle de masse ?

Poêle de masse ou pas poêle de masse ? (photo tirée de http://www.poele-de-masse.pro/)

Me voilà donc avec toutes ces réflexions qui me farcissent la tête, et l’échéance de l’emménagement qui approche… Il reste tant à faire ! Et là, je me dis qu’il y a un facteur important à faire entrer en compte pour le choix à court terme : moi. Je ne me vois pas du tout ni installer un chauffage solaire cet été, ni installer un poêle bouilleur, ni à fortiori adapter le poêle de masse pour qu’il accueille un bouilleur. Et là, en écrivant ces mots, je mesure l’ampleur de la révolution intérieure : je prends la décision d’aiguiser ma propre hache, en référence à l’histoire du bûcheron… Whao.

Qu’est-ce qu’il en sortira à court terme ? Je ne sais pas encore exactement, mais ça se précise… En tous cas, j’ai tout posé dans cet article, et je pourrai revenir dessus quand je serai prêt. D’ici là, si vous avez des idées de génie, ou simplement un retour d’expérience, je suis preneur ;-).

Read Full Post »