Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘rives en petites tuiles plates’

DSC_7769.resizedMi-novembre, nous avions fini la couverture de la maison, ou presque… Il restait en effet les rives de toit (les 4 bords du toit) à faire. Nous avions planifié une date pour la Toussaint, mais les conditions météo en avaient décidé autrement. Les rives étaient donc restées découvertes pendant tout l’hiver. Avec l’arrivée du printemps (doucement, tout doucement), et quelques jours d’accalmie, nous avons pu enfin terminer cette partie du toit ! Autant poser des tuiles sur un toit est à la portée de tout le monde, autant faire de belles rives est plutôt technique et demande un savoir-faire certain. Savoir-faire incarné par Thomas – merci encore pour ton aide !

L’idée était de faire des rives dites « Anglaises », c’est à dire des rives maçonnées, avec un léger dépassement des tuiles sur le chevron de rive. Ce choix était purement esthétique : ces rives sont plus légères que des tuiles de rives ; cela donne de la finesse et un côté aérien à la toiture (non, non, je n’ai pas pris de rata ce matin au petit dej’). Nous voici donc partis pour 2 jours de découpes de tuiles, de patience et de minutie : ce petit jeu de légo demande une précision certaine !

Les chevrons de rive sont en chêne : l’objectif était d’éviter de mettre un zinc. Comme dirait mon charpentier, « quand les chevrons devront être changés, vous n’aurez plus mal aux dents ». L’idée initiale était donc de rattrapper l’écart entre le haut du chevron et le bas des tuiles en maçonnant ; seulement, vu l’épaisseur de notre contre-lattage, nous nous sommes rendus compte que cela allait faire une sacrée hauteur de ciment (3cm + le dessous des tuiles), et que cela ne serait pas forcément judicieux esthétiquement… Bref, sur place, nous avons pris la décision d’ajouter une latte au-dessus du chevron pour rattrapper la hauteur du contre-lattage, et de maçonner au-dessus de cette latte. Mais c’est une latte en sapin, donc elle ne tiendra pas aussi longtemps que le chevron… Nous serons donc obligés de mettre un zinc pour protéger ce nouvel élément ! Evidemment, je n’avais rien prévu de tout ça, n’ayant jamais fait de rives. Du coup, il a fallu recouper les lattes de toit proprement, raboter les voliges qui dépassaient un peu, bref, remettre l’épaisseur du contre-lattage d’aplomb. Ca a été la partie bien galère de cette partie de chantier… Mais j’ai appris et je ne me ferai plus prendre : pour la prochaine toiture, les lattes et tout le contre-lattage de rive seront faits au carré ! J’en profiterai d’ailleurs pour prendre le zinc directement sous les lattes, afin qu’il y ait un petit repli qui passe sous le ciment de rive. D’habitude, les maçons font l’épaisseur nécessaire de ciment pour rattrapper la hauteur du contre-lattage ; disons que nous avons fait un caprice esthétique qui nous a coûté du temps et un peu d’argent (pour le zinc non prévu au budget).

Demi-chevron utilisé comme une règle pour aligner les tuiles de rive

Demi-chevron utilisé comme une règle pour aligner les tuiles de rive

Nous voici donc partis pour les rives : nous avons calé un demi-chevron sur le chevron de rive pour nous donner le débord des tuiles tout au long de la rive. Ensuite, de la découpe de tuiles, beaucoup de découpes. Nous avons aménagé un petit stand de découpe directement sur l’échafaudage, histoire de gagner un peu de temps.

Premières tuiles de rives

Premières tuiles de rives

Pour les découpes, nous avons fait un gabarit avec un morceau de latte pour l’angle extérieur des tuiles, et un autre gabarit pour tracer le milieu des tuiles. Nous avons enlevé les crochets des 1/2 tuiles, ainsi que le crochet extérieur des tuiles entières. Masque et lunettes obligatoires : la petite meuleuse avec le disque diamant, ça picote un peu quand ça envoie des morceaux de tuiles dans le visage ;-). Ensuite, un petit boudin de mortier (moitié multibat & moitié sable 0,2 tamisé) sous chaque tuile, et on empile. Ca, c’est pour la partie facile.

Petit boudin de mortier sous chaque tuile

Petit boudin de mortier sous chaque tuile

Ensuite, quand toute la rive est faite, il faut décoffrer le demi-chevron, aplatir le ciment de rive (avec un pinceau pour les coins en-dessous (!)) et remplir entre chaque tuile au niveau du débord. Il faut compter un peu plus de 2 heures par rive (pour un peu plus de 5m de rive), pour quelqu’un qui a l’habitude, juste pour cette opération de finition. Quand le mortier a un peu « tiré », on peut passer une éponge pour laver le bord des tuiles. Ensuite, encore une opération de nettoyage avec une éponge grattante (les « grattounettes » vertes) pour enlever le plus gros du ciment sur les bords de tuiles. Le lendemain, là où il restait un peu de lait de ciment, nous avons passé un peu d’acide chlorhydrique beuark (lunettes et gants latex obligatoires) à l’aide d’un tout petit pinceau-brosse (celui qu’on utilisait pour peindre à la maternelle), et avons rincé avec une grosse brosse à grande eau. Enfin, après séchage de l’eau, une bonne tartine d’huile de lin et la finition est nickel ! D’ailleurs l’effet de l’huile de lin est assez bluffant : je ne sais pas combien de temps ça dure, mais je me demande si cela suffirait sans acide… Si quelqu’un a une idée ou un retour d’expérience sur l’utilisation de l’huile de lin pour le nettoyage des rives, je suis preneur !

Détail d'une rive

Détail d’une rive

Pour les 3 premières rives, les tuiles tombaient bien : tout roulait parfaitement. Mais pour la dernière rive, il manquait 2 cm pour les tuiles entières… Pour les demi-tuiles, ce n’est pas un problème, car on peut rattrapper en coupant un peu plus de la moitié de la tuile ; mais pour les tuiles entières, on ne peut pas ajouter de la matière… Nous avions le choix entre acheter des tuiles 1/2 à l’arrache ou bien monter sur une échelle plate et rattraper ces 2 cm sur une dizaines de tuiles… J’ai finalement créé un outil avec un crochet métallique au bout d’un demi chevron d’un peu plus d’1m, et j’ai pu ainsi tirer les tuiles depuis la rive, une par une, afin de rattrapper les 2cm… Sur 10 tuiles ça fait 2mm par tuile, ça ne se voit pas !

Détail d'une rive (bis)

Détail d’une rive (bis)

Il aura fallu au total 2 journées bien remplies à 2 pour faire les 4 rives… Je suis content du résultat ! Le toit est maintenant presque terminé : il ne reste plus que le faîtage à finaliser (les faitières sont simplement posées sur le toit), les zincs de rive à poser, et une évacuation de ventilation à percer. 3 fois rien, quoi ;-).

Addendum du 23/05/2013 :

Encore une autre manière de faire pour la toiture : notre voisin actuel vient de refaire à neuf sa toiture : son couvreur commence par faire les rives, et couvre ensuite le reste du toit… A chacun sa technique !

La toiture du voisin : il a commencé par faire les rives.

La toiture du voisin : il a commencé par faire les rives.

Read Full Post »